RT 2012 : Les nouveaux coefficients favorables aux énergies renouvelables

A partir du 1er janvier 2013, tout permis de construire déposé devra être accompagné d’une étude de faisabilité réalisée par un bureau d’étude thermique. Cette dernière devra établir le cahier des charges de la conception du bâtiment et de ses équipements pour permettre au futur habitat de répondre aux normes RT 2012.

Les maisons seront testées à la fin du chantier et recevront le certificat RT 2012 si elles sont conformes. Elles pourront aussi prétendre à d’autres labels qui devraient être dévoilés d’ici la fin de l’année.

La RT 2012 impose aux bâtiments de limiter leurs consommations d’énergie primaire à 50 kWh/m²/an. La RT 2005 autorisait 250 kWh/m², les bâtiments devront être trois fois plus performants, le Grenelle de l’Environnement a donc élaboré un projet très ambitieux !

Si la RT 2012 ne comportait que la limite des 50 kWh/m²/an, elle serait semblable aux logements BBC. Mais même si cette donnée est emblématique de la RT 2012, de nombreux autres paramètres vont venir s’ajouter aux calculs, et créer un tournant dans les équipements des maisons des particuliers. Les énergies vertes et l’isolation auront une place de choix dans les habitats post grenelle.

La RT 2012 : impact des nouveaux paramètres, et coefficient selon le choix des produits

  • Le coefficient Cep (Consommation d’énergie primaire)
  • Le Cep Max de 50 kWh/m²/an peut être sujet à modification selon de nombreux paramètres calculés grâce à de nouveaux coefficients :

    Cep max = 50 x Mc type x (Mc géo + Mc alt + Mc surf + Mc GES)

    Mc type : Cette modulation divise les maisons en deux catégorisations : maisons CE1 (pas besoin de refroidissement) concernant pratiquement toute la France, et CE2 (besoin de refroidissement admis) concernant certaines maisons en Côte d’azur et dans la Drôme.

    Mc géo : Ce coefficient prend en compte les différents besoins de chaleur selon les régions.

    Mc alt : Ce coefficient prend en compte l’altitude de la construction.

    Mc surf : Cette modulation prend en compte la taille de la maison, car grâce au retour d’expériences des maisons BBC, on s’est rendu compte que plus un habitat était grand, plus il pouvait facilement atteindre l’objectif du Cep Max de 50 kWh/m²/an.

    Mc GES : Ce coefficient va ajuster le Cep max et favoriser les systèmes de chauffage et d’eau chaude sanitaire à faible émission gaz à effet de de serre (0.3 pour le bois). Ce coefficient varie selon les énergies utilisées : plus elles sont polluantes plus ce coefficient est élevé, les énergies vertes qui sont aussi les plus économiques pour les particuliers, ne pourront qu’être incluses dans les nouveaux habitats.

    Le résultat de cette formule varie donc selon chaque habitat. C’est une valeur absolue calculée pour un habitat chauffé à 19°. La consommation finale des particuliers risque de tourner davantage autour des 60 kWh/m²/an. Ce surplus sera visible sur leurs factures énergétiques aussi.

    De plus, la RT 2012 veut qu’au moins 5kWhep/m² soient fournis par une ou des énergies renouvelables dans le logement. La RT 2012 est donc une aubaine pour les installateurs d’énergies renouvelables !

    Pour connaître le nombre de projets chauffage que Quelle Energie pourrait vous fournir, faites le test !

    • Le coefficient Bbio (Bilan bioclimatique du bâtiment)
    • Ce nouveau coefficient va se concentrer sur les capacités d’énergie intrinsèque aux bâtiments (isolation, étanchéité, pont thermique). Le coefficient Bbio maxmoyen sera également modulé selon le type de maison (CE1 et CE2), la zone climatique avec le coefficient Mb géo, l’altitude avec le coefficient Mb alt et la surface du logement avec le coefficient Mb surf.

      Bbio max = Bbio maxmoyen x (Mb géo + Mb alt + Mb surf)

      Pour limiter les futurs besoins énergétiques du bâtiment, l’emplacement intervient avant même la conception du bâtiment intervient.

      Pour connaître le nombre de projets isolation que Quelle Energie pourrait vous fournir, faites le test !

      • Le coefficient Tic (Température intérieure conventionnelle)
      • En été, des températures maximales ne pourront pas être dépassées dans les habitats. Cet indice sera différent pour les maisons de type CE2 pour lesquelles la RT 2012 admet le recours au refroidissement. Le Tic de référence fait encore débat, un groupe d’experts va réévaluer la notion de confort d’été.

        Tic < Tic ref

        Comment atteindre ces trois objectifs ?

        La RT 2012 a également mis en place d’autres obligations chiffrées qui seraient la condition sine qua none pour respecter les 3 coefficients phares (Cep, Bbio et Tic). Voici donc les autres exigences de la RT 2012 :

4 commentaires sur cet article

  1. Oui, il est vrai que les énergies renouvelables vont connaître un essor dans les logements neufs ! Leur présence sera, en effet, obligatoire. Les citoyens ne pourront qu’adopter le chauffage écologique s’ils veulent se faire construire une maison !

  2. Bonjour
    Il faut avant tout faire une bonne isolation ; attention aux systèmes compliqués et chers, facteurs de déboires. Pourquoi installer un ballon ECS thermodynamique raccordé à la VMC, qund il existe des chaudières individuelles gaz compactes qui produisent de l’ECS dans de très bonnes conditions.
    Attention à ne pas casser le marché de la maison individuelle par des surcoût inutiles ! les ménages n’ont pas beaucoup d’argent.
    Avec une bonne isolation, le chauffage électrique est très bien , pourquoi l’éliminer ? attention à la pensée unique !
    Cordialement

  3. Merci pour votre commentaire. Vous avez raison, il faut coller les exigences de la RT 2012 avec les moyens du particulier pour ne pas casser le marché.
    La RT 2012 oblige le recours à une énergie renouvelable. La production d’eau chaude avec un CESI ou un ballon thermodynamique raccordé à une chaudière gaz parait la façon la plus économique de répondre à cette exigence.
    Pour ce qui du chauffage électrique, même si l’installation est économique, les factures énergétiques des familles risquent d’être élevées dans les années à venir. Le prix de l’électricité ne va, en effet, qu’augmenter ces prochaines années.

Laissez votre commentaire

Tous les champs marqués d'un * sont obligatoires